Les sensations d’une méditation en centre bouddhique

Dans le Centre bouddhique de ma ville, je me suis rendue pour la seconde fois à une séance de « méditation guidée ». Avec le recul, j’arrive à voir qu’avant cette méditation j’étais en état de forte tension, comme une pile électrique, chargée à bloc mais ne parvenant pas justement à se décharger.

Sociable, souriante, je sympathise avec tout le monde autour d’un thé et de gâteaux disposés dans la pièce adjacente à la salle de méditation. De plus en plus de monde arrive, ce qui étonne les anciens. Nous nous retrouvons finalement, une bonne quinzaine assis en cercle autour de notre professeur.

Celui-ci commence par rappeler quelques informations techniques :

  1. La posture assise

La première chose à savoir c’est qu’en méditation, il n’y a pas de posture particulière. Néanmoins, à moins d’être un pro de la concentration, il y a des postures qui favorisent une bonne méditation.

Vous pouvez donc prendre la position du lotus, comme ceci:

(Entre nous, si vous y arrivez, envoyez-moi la photo, ça vaut le détour). Si vous n’y arrivez pas (c’est à dire, si vous êtes un humain normalement constitué), vous pouvez tenter le demi-lotus: 

Bon, alors personnellement, ça m’arrache aussi des cris de souffrance (je suis décidément un être trop banal). Dans ce cas, le prof nous a indiqué que l’on pouvait se mettre en tailleur mais que l’on risquait de souffrir de fourmis dans les pieds et autres désagrément (c’est là qu’on se rend compte qu’un corps, décidément, c’est pas si facile à gérer). En fait, la plupart d’entre nous au cours avait choisi cette position:posture_demi_lotus

C’est une position confortable et, me semble t-il, la plus facile d’accès pour les occidentaux que nous sommes.

Le seul critère à respecter – outre le confort de la position – est d’avoir trois « points d’ancrage au sol ». Si j’ai bien compris, il faudrait dans l’idéal que les genoux touchent le sol…. Si on n’y parvient pas (encore une fois, rien d’autre là que des réactions somme toute très humaines et banales…), on peut mettre des petits coussins sous chacun des genoux afin qu’ils aient leur « ancrage ».

2. Le dos

Il faut veiller à ce que votre colonne vertébrale soit bien droite. Il est malheureusement possible de se déplacer plusieurs vertèbres pendant une méditation lorsque la posture du dos est mauvaise…. Pour éviter cela donc, dos droit (qui ne veut pas dire « dos raide »).

Epaules vers l’arrière, reins légèrement cambrés. Au début, c’était atrocement douloureux au niveau du dos (mes tensions me direz-vous) mais j’ai découvert qu’en cambrant mes reins et en « reposant » ma posture dorsale sur cette cambrure, le mal de dos disparaissait.

3) Les bras 

Il est important de les poser.

Plusieurs possibilités:

– la main droite posée sur la main gauche, les deux pouces se touchant, comme sur la photo ci-contre. 

L’avantage de cette position est qu’elle permet de prendre conscience de l’état de notre esprit: trop ou pas assez tendu. En effet, si les deux pouces se touchent de manière forte, cela signifie que l’on est trop tendu. Au contraire, si les deux pouces ne se touchent presque pas, cela permet de voir que l’on est trop détendu.

Les deux mains jointes ainsi sont posées sur les cuisses, près de l’aine.

– une autre possibilité consiste à poser simplement les mains sur les genoux.

Suite à ce rappel technique, nous avons poursuivi la séance par une brève méditation de 3 mn dont l’objectif était de faire une transition entre la vie mondaine et la méditation en elle même. Cela permet à notre esprit de lâcher prise, avant d’entrer plus avant dans une méditation.

Cette séance était consacrée à l’énergie. Le professeur nous a rappelé quelques concepts fondamentaux sur l’énergie qui circule en chacun de nous et tout autour de nous.

Nous avons ensuite poursuivi par une méditation sur la respiration. Il s’agit de se concentrer sur l’air froid qui entre dans nos narines, imprègne notre corps tout entier puis en ressort chaud.

L’esprit est mono-tâche. Il ne peut pas entendre le bruit des voitures à l’extérieur ET la dispute des voisins du dessus. L’idée est donc ici qu’en vous concentrant sur votre respiration, vous permettez à votre esprit de vous centrer. Et ainsi, vous entrez dans la méditation.

L’exercice a duré 3 mn et pourtant, mon esprit s’est « échappé » quelques instants au cours de cette méditation. C’est plus difficile à faire qu’il n’y parait…

Nous avons ensuite fait une « méditation sur les chakras« , moment de loin le plus intense de la séance.

Nous avons travaillé sur trois chakras: le chakra se situant au sommet du crâne, le chakra de la gorge et le chakra du coeur.

L’exercice associe une visualisation et un son.

Tout d’abord, prendre sa position de méditation.

Nous commençons par le chakras au sommet du crâne. Visualiser un cercle de lumière blanche au dessus de votre crâne. Imaginez une lumière blanche et brillante et répétez le son « Ôm » longtemps, profondément et plusieurs fois. Le « Ôm » est un son qui englobe le monde autour de soi. J’imagine bien que si vous ne l’avez jamais vu faire, ça ne vous parlera pas. Cette video devrait vous donnez une idée plus précise du « son » dont il s’agit:

Après ce premier exercice, méditez quelques minutes. Ne contrôlez rien, ne jugez pas votre esprit, laissez-le s’exprimer, tout simplement.

Puis visualisez cette lumière blanche, brillante au dessus de votre crâne. Voyez là entrer en vous par la fontanelle et se glisser le long de votre colonne vertébrale jusqu’au niveau du cou. En descendant, elle devient rouge et au niveau du cou elle est d’un rouge brillant, intense.

Tout en visualisant cette lumière, prononcez « A ». Le son doit venir de la gorge et non pas du ventre.

Suite à cela, continuez sur une méditation.

Enfin, visualisez la lumière rouge qui descend le long de votre colonne vertébrale en s’arrêtant au niveau du plexus solaire. Elle est devenue lumière bleue, d’un bleu profond et puissant, couleur lapis-lazulis.

Là, prononcez le « Houng » (son entre « houng » et « hong »). Le son doit venir des tripes.

Je vous garantis que les sensations sont présentes. Elles sont étranges, nouvelles surtout lorsqu’il s’agit d’une première expérience.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s